Assurance : comment exploiter au mieux les opportunités du digital

Assurance : comment exploiter au mieux les opportunités du digital ?

Intégrée à la stratégie d’entreprise, la transformation digitale des assureurs concerne tous les métiers, de la relation client à la distribution, en passant par le partenariat, la direction… Mais quelles sont les opportunités digitales à disposition des assureurs ? Et comment les exploiter au mieux dans une démarche de transformation.

Le nouveau visage des métiers de l’assurance se dessine. Dans l’administratif, la numérisation des documents accélère les processus. Dans les réseaux de distribution, les agents généraux développent leur interaction digitale avec les clients. Les produits et services sont déclinés autour du selfcare. La DSI se charge d’analyser les masses de données issues d’objets connectés (IoT).

Digital interaction, data science, smart machine et Internet of Things : que cachent ces termes entrés dans le langage commun, et dans quelles strates de la compagnie les utiliser pour en tirer le meilleur parti ?

 

Les opportunités digitales… 

Dans le secteur de l’assurance, les professionnels distinguent quatre opportunités digitales. La digital interaction, d’abord, parce que le digital change les relations entre une marque et les consommateurs en plaçant l’interactivité au cœur des relations.

La data science, ensuite, qui consiste à trier et analyser des données de masse pour connaître notamment les habitudes des consommateurs.

La smart machine, quant à elle, est une technologie capable d’apprendre de sa propre expérience grâce au machine learning (robot, voiture autonome…).

Enfin, l’Internet of Things (IoT) désigne des objets connectés dont les usages sont variés (domotique, quantified self).

 

… et ce qu’elles changent ​

  • Pour l’assureur et ses services internes

Au sein des traitements communs de l’assureur, l’automatisation intelligente des données en interne, de la gestion des documents… est de plus en plus intelligente avec la digital interaction. Celle-ci accélère non seulement les processus mais permet également de partager efficacement les documents. Si une compagnie reçoit, par exemple, un courrier pour le remboursement de frais de prestations, son traitement sera plus efficace s’il est numérisé.

Concernant le front, qui rassemble les réseaux de distribution avec les agents, les courtiers, les conseillers en gestion de patrimoine, etc., le digital permet de chercher de nouveaux clients, d’améliorer la performance commerciale, de faciliter la multi-distribution dans une logique omnicanal et omni-accès.

Côté DSI, la data science permet de construire des algorithmes efficaces pour extraire les informations les plus pertinentes à partir d’une masse de données. Le data scientist est ainsi capable de prodiguer en interne des recommandations en termes de business et de cybersécurité.

  • Pour le client

La data science répond, quant à elle, tout particulièrement aux enjeux liés à la relation client, à la qualité de services et à la captation de nouveaux marchés. Grâce à la digital interaction et aux objets connectés, les assureurs sont à même de développer des produits adaptés à la distribution multi-canal (appli mobile…) et des services (conseillers virtuels, prévention des risques…) déclinés autour du selfcare. Par exemple, une assurance habitation peut inclure un détecteur de fumée connecté à prix préférentiel.

Pour souscrire et suivre son contrat, le client a la possibilité d’utiliser l’interface digitale de sa compagnie d’assurance au lieu de se rendre dans une agence. Et pour gérer un sinistre, l’assureur va se connecter directement avec un électricien, un plombier, un garagiste, etc. La mise en relation entre ces experts partenaires et le client doit être rapide, efficace et multi-canal.

En matière de partenariats, une gamme florissante d’objets connectés est disponible auprès de fournisseurs partenaires. Le client peut s’équiper à prix réduits pour surveiller par exemple son domicile au moment de souscrire une assurance habitation via une agence immobilière.

Si les acteurs historiques du secteur de l’assurance réussissent à digitaliser à tous les étages de leur entreprise, ils réussiront à renouveler leur métier en profondeur. Pour trouver de nouveaux leviers de productivité et de rentabilité, en s’inscrivant dans la R&D de produits et services jusqu’à la refondation des processus de gestion et de prestation.

 

Article 3 issu de notre série Assurances Biens & Responsabilités

« Comprendre le nouvel écosystème digital de l’assurance pour en devenir un acteur clé »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *