Spotify

De la blockchain à l’intelligence artificielle, Spotify prépare le futur de la musique

Tous droits réservés: La Stampa/Worldcrunch – Par Marco Tonelli

Spotify est en constante évolution : prenez par exemple l’accord avec Universal qui garantit un accès exclusif à tous les albums du label aux clients de Spotify Premium, ou encore la possibilité d’écouter des chansons en mode “haute-fidélité” (Hi-Fi), de qualité équivalente à celle d’un CD. Le futur proche du géant suédois s’inscrit peut-être dans les technologies développées par les start-up qu’il a acquises en 2017 — des technologies qui vont de l’utilisation de la blockchain pour accorder des droits d’exploitation de chansons aux détenteurs de licence, à la mise en place de l’intelligence artificielle dans le système de recherche des chansons à recommander aux utilisateurs. À noter également l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité capable d’identifier une chanson grâce au micro de votre smartphone. 

L’intelligence artificielle qui vous suggère des chansons

Depuis longtemps, Spotify a fait le pari (réussi) de la personnalisation des recommandations musicales. Lancées en 2015 et 2016, les playlists “découvertes de la semaine” et “radar des sorties” sont suivies par des dizaines de millions d’utilisateurs et sont basées sur les habitudes d’écoute de chacun. La première sort tous les lundis et fournit une sélection hebdomadaire de chansons. La seconde, disponible le vendredi, se compose uniquement de nouvelles sorties.

De ce fait, la récente acquisition de la start-up française Niland n’a pas été une grande surprise. L’entreprise basée à Paris a développé une technologie qui utilise l’intelligence artificielle pour suggérer différentes chansons aux utilisateurs. Niland “partage la passion de Spotify pour faire émerger le bon contenu pour le bon utilisateur au bon moment”, selon un communiqué de l’entreprise paru le 17 mai dernier.

Cela signifie qu’à l’avenir, le service de diffusion sera capable de prédire de manière encore plus précise quelles chansons nous sommes susceptibles d’aimer, grâce au machine learning (appelé aussi “apprentissage automatique”) et à l’utilisation des informations collectées sur les utilisateurs, qui permet ainsi d’anticiper les choix de ces derniers.

Dans le même temps, le système qui permet la recherche et la sélection de chansons pourrait aussi évoluer grâce à la technologie développée par Mighty TV. Acquise fin mars, l’entreprise New-Yorkaise a créé une application qui permet, grâce à une interface semblable à celle de Tinder, de choisir son clip vidéo préféré entre deux options suggérées. Spotify a également embauché le fondateur de Mighty TV, Brian Adams, en tant que vice-président de sa branche technologique.

Spotify, comme Shazam ?

En plus de Tinder, Spotify tire aussi son inspiration de Shazam. Dans les mois à venir, une nouvelle fonctionnalité, qui utiliserait le micro d’un smartphone pour identifier des chansons ou même de simples pistes audio, pourrait faire son apparition. En effet, la start-up anglaise Sonalytic, acquise par Spotify début mars, a mis au point une technologie qui permet de retrouver une chanson à partir de l’analyse d’un simple extrait de clip musical. Ceci permet à un utilisateur d’identifier des chansons à partir de différentes pistes audio. Spotify a fourni peu de détails, mais ce n’est qu’une question de temps avant que vous ne puissiez profiter de cette nouvelle fonctionnalité dans les prochaines mises à jour de l’application.

Une base de données ouverte pour reconnaître les droits

Le 17 mars 2016, Spotify a signé un accord aux États-Unis avec l’Association Nationale des Éditeurs de Musique (NMPA) : celui-ci a contraint l’entreprise à payer 20 millions de dollars de compensation pour n’avoir pas correctement reversé les recettes de diffusion de certaines chansons aux labels d’enregistrement et aux ayants droits. L’entreprise s’était justifiée en expliquant qu’elle ne détenait pas les informations nécessaires pour identifier tous les individus détenteurs d’une licence. Mais surtout, Spotify avait révélé n’être alors pas capable de mettre en place un système d’archivage pour répertorier tous les droits de chansons et d’albums.

Plus d’un an après l’affaire, le réseau de blockchain pourrait mettre fin au problème. Acquise en avril, la start-up New-Yorkaise Mediachain a développé une technologie qui protège, traque et identifie les créations artistiques sur internet. Cette base de données ouverte et décentralisée permet à chaque œuvre d’être catalogué et d’être attribué à son propriétaire légitime. Mediachain a également créé un moteur de recherche pour identifier les détenteurs de droits. L’entreprise a de plus mis en place une monnaie virtuelle (qui utilise le même mécanisme que les bitcoins) afin de payer les ayant droits à chaque fois que leurs travaux sont exposés ou joués. Immédiatement après cette acquisition, Mediachain a annoncé que cette technologie sera adaptée aux besoins et spécificités de Spotify.

The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *