Blockchain_FR

Comment la Blockchain s’est-elle transformée pour se perfectionner

La Blockchain fait déjà partie de l’establishment technologique. Tous ceux qui ont assisté à l’événement “Blockchain 2017 & Smart Contracts“** à Berlin les 20, 21 et 22 février 2017 l’ont remarqué. Tous les participants savaient que la Blockchain concerne un réseau distribué et des transactions, et non le nouveau boys band américain. La technologie n’était plus non plus considérée comme un phénomène de mode. Au contraire, des scénarios d’essais et Proofs of Concepts ont été présentés.

Cela était différent lors des événements précédents : les conférenciers essayaient principalement de présenter la Blockchain comme une technologie et l’audience présente ne savait même pas ce qui se cachait réellement derrière. Tous les participants, surtout s’ils appartenaient au secteur financier, étaient cette fois-ci impatients de découvrir des applications concrètes. La question la plus intéressante pour tous était : “Quels sont les cas d’utilisation et comment puis-je les développer ?”

Transactions financières transatlantiques en huit secondes

Et ils n’ont pas été déçus : non seulement les start-up qui souhaitent transformer l’ensemble du paysage bancaire, mais également les poids lourds tels que l’Autorité fédérale allemande de surveillance Financière (BaFin) et la Banque centrale européenne (BCE), ont présenté des exemples de domaines dans lesquels la Blockchain pourrait être utilisée efficacement. La Reisebank, une filiale de la DZ-BANK, a présenté son pilote pour les transactions financières transatlantiques en huit secondes dans le cadre des tests d’aptitude de la Distributed Ledger Technology et des contrats intelligents. La Rabobank a présenté sa Proof of Concept pour faciliter l’identification des clients (KYC – Know Your Customer, le processus d’identification des clients) sur la base de la Blockchain. L’idée : les établissements de crédit utilisent des données provenant de sources où les clients ont déjà été identifiés, tels les organismes de sécurité sociale et la Schufa.

Concernant le secteur de l’énergie notamment, Christian Arnold de chez EWE a fourni de nombreux éléments de réflexion, comme par exemple sur l’organisation Peer-to-Peer du commerce de l’énergie par le biais de la Blockchain. Les modèles sont des prototypes tels que LO3 Energy, de Brooklyn à New York. Vattenfall participe actuellement à quatre projets pilotes Blockchain – dont Gridsingularity, une plateforme décentralisée d’échange de données énergétiques.

De la théorie à la pratique de la Blockchain

De nombreuses entreprises manquent encore d’expérience pour s’aventurer dans leurs propres “Business Cases“. Pour nous, il était donc important de présenter un modèle de procédure méthodique avec lequel les entreprises peuvent identifier des cas appropriés d’utilisation commerciale pour la Blockchain.

Avant qu’une application basée sur la Blockchain puisse être implémentée, elle doit d’abord s’imposer comme un cas d’utilisation approprié. Ce processus comporte plusieurs étapes avec pour commencer, la nécessité de se plier à des conditions générales, par exemple, un réseau décentralisé. Il est également important que les objectifs de l’application puissent être atteints avec la technologie Blockchain. Pour choisir une plateforme de Blockchain, il est également nécessaire de répondre à des questions telles que la pertinence des contrats intelligents et la méthode consensuelle à utiliser. Enfin, il faut s’assurer que la mise en œuvre est possible ou si par exemple, des pièges juridiques sont présents. Une fois ces travaux préparatoires effectués, l’approche Design Thinking et le projet concret de mise en œuvre suivront.

L’utilisation de la technologie Blockchain nécessite une solution décentralisée où le contrôle n’est pas effectué par une organisation centrale. À la place, un comité ou un consortium s’occupe de la gouvernance. La gouvernance réglemente les rôles et les responsabilités dans la Blockchain. Elle est également chargée de résoudre les conflits qui peuvent survenir sur la plateforme.

Conclusion

La Blockchain n’est plus un battage médiatique, mais le sujet reste passionnant et intéressant, en particulier pour le secteur financier et énergétique. Le champ d’activité continue à se déplacer vers des implémentations de Proof-of-Concept. Dans la “Tal der Ahnungslosen”*, plus personne ne se pose la question : “Qu’est-ce que la Blockchain ?”. Il ne manque plus que des directives pour les applications concrètes.

 

 

*Littéralement la vallée des ignorants qui désignait du temps de l’Allemagne de l’Est les régions n’étant pas en mesure de recevoir les émissions de télévision et de radio émises par la République Fédérale d’Allemagne. Les habitants résidant dans ces région étaient donc bien moins informés que le reste des habitants en mesure de recevoir ces émissions.

**Informations sur l’événement

Du 20/02  au 22/02/2017, Blockchain 2017 & Smart Contracts“ à Berlin. Il y a été abordé des sujets tels que la réglementation et la conformité, les contrats intelligents, l’identification numérique, les identités & la sécurité, la scalabilité et la sécurité, la Blockchain et les infrastructures (IT-) et des exemples des premières applications. De nombreux conférenciers de banques, de fournisseurs d’énergie, de technologies de l’information, de fournisseurs informatiques et de sociétés de conseil étaient présents. Sopra Steria Consulting était présent en tant que sponsor et conférencier.

The following two tabs change content below.

Mustafa Cavus

Head of Blockchain & IT Architect chez Sopra Steria Consulting
Mustafa Cavus is an IT architect at Sopra Steria Consulting. As a trained computer specialist, he specialises in Big Data and Blockchain.

Derniers articles parMustafa Cavus (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *