Cloud

Le Cloud : véritable injecteur d’innovation !

17 novembre 2016

Le Cloud : véritable injecteur d’innovation !

À travers quelques exemples choisis, voici comment le Cloud, tout particulièrement appuyé sur Microsoft Azure, est plus qu’une solution de virtualisation (certes féconde pour la DSI et les métiers). Changeant progressivement de statut, il n’est plus simplement une finalité ou un moyen. Au-delà, le Cloud est aussi, et c’est là une façon nouvelle d’aborder le sujet, un véritable facteur d’injection d’innovation.

On le sait, le Cloud est devenu un passage obligé de la transformation digitale. Basé sur les technologies de virtualisation, appuyé sur les nouvelles infrastructures dites « as a platform », le Cloud est l’outil clé permettant aux DSI d’accompagner les nouveaux usages digitaux des métiers, avec souplesse et transparence.
Ce n’est pas tout. Le Cloud, notamment aidé en cela par la puissance et la richesse des services Cloud comme ceux de Microsoft Azure, est un facilitateur d’innovation. Jusqu’ici, il était trop souvent vu soit comme une finalité (« Je DOIS passer au Cloud parce que c’est la tendance »), soit comme un moyen, un ensemble de services technologiques permettant de gagner en agilité (« Je passe au Cloud pour faire des économies »). Cette approche est réductrice.

Le Cloud facilite la création de services innovants

C’est bien plus que cela. Non seulement le Cloud apporte une meilleure efficacité, est un accélérateur et facilite le travail pour les métiers, mais il potentialise aussi des évolutions, voire des ruptures technologiques ou simplement méthodologiques, d’approches ou dans les services. Car il autorise justement des approches très différentes de celles souvent employées dans le développement et la mise en oeuvre d’applications, telles que le fail safe, quick fail ou successful failure qui permettent de tenter et d’apprendre en échouant, mais rapidement et à moindre coût.
Par ailleurs, le Cloud est synonyme de maitrise des investissements, il facilite la création de services innovants, avec le paiement à l’usage, permettant d’imaginer de nouveaux business models combinant la réponse au besoin et, par exemple, la revente de données permettant d’amortir plus rapidement les investissements. Ces mêmes données que nous ne savions pas conserver auparavant, et que nous transformions (agrégation pour des tableaux de bords par exemple), sans penser à l’intérêt qu’elles pouvaient susciter.
Voici plusieurs cas d’école qui illustrent cette faculté du Cloud à « injecter » de l’innovation. Les démarches exploratoires deviennent possibles et intéressantes là où les études et analyses, pour garantir la réussite ne permettent plus de tenir les délais.

La distribution de médicaments qui devient intelligente grâce au Cloud

Un système déployé récemment dans le Cloud Azure au service des officines pourrait radicalement changer leur façon d’opérer. Ici, l’enjeu est fort : la pharmacie entre dans l’ère de la gestion et du management, les groupements ont besoin d’outils de pilotage du réseau pour assurer leur pouvoir de négociation face aux laboratoires. Le pharmacien doit suivre des indicateurs pour optimiser la gestion de son officine et maintenir sa rentabilité.
Le Cloud permet une analyse prédictive de leurs ventes et donc une meilleure gestion des stocks, mais aussi de meilleures négociations d’achats auprès des fournisseurs. L’innovation va plus loin, car le système va permettre la détection d’épidémies par rapport aux ventes de médicaments ! Cela ne serait pas viable hors Cloud, du fait des délais et des coûts trop élevés ne permettant pas de ROI (return on investment). Ici, Azure ML (machine learning) est central.

L’assurance santé qui se personnalise avec les IoT dans le Cloud

On l’appelle la carie du boulanger… Une pathologie liée aux affections qui représentent un enjeu majeur du métier : entre 18 et 25 ans, les boulangers-pâtissiers et confiseurs ont cinq fois plus de couronnes que les autres professions indépendantes et, entre 36 et 40 ans, sept fois plus d’appareils complets (prothèses) ! Et ce du fait de la présence de la farine ou du sucre glace en suspension continuelle dans les ateliers. Un problème qui peut entraîner des soins longs et onéreux, avec un haut niveau et un coût important de sinistralité…
Une plateforme dans le Cloud, à base d’objets connectés et de capteurs dans l’environnement du boulanger, permet de prévenir les caries. La plateforme mesure en temps réel la qualité de l’environnement, avertit le professionnel via son smartphone ou sa montre connectée, sur les risques auxquels il est exposé, propose les actions de prévention adaptées, telles que se brosser les dents ou s’absenter temporairement des lieux, et en calcule les effets.
Le Cloud permet ici l’intégration de la mobilité, du Big Data, de l’analyse prédictive et de la sécurité…

Un métro qui est plus sûr avec une meilleure prévision des incidents dans le PaaS

Autre domaine où le Cloud a été qualifié comme injecteur d’innovation : les transports, avec notamment les travaux autour du métro du futur.
L’objectif : on cherche à mieux analyser les comportements et la prévision des incidents, et à faire un monitoring intelligent du système. Le contexte : il s’agit d’offrir une agilité métier avec la construction rapide de nouvelles fonctionnalités en combinant ou réutilisant un socle de services ; d’assurer un découplage applicatif car chaque application évolue à son rythme tant qu’elle assure la compatibilité ascendante des messages échangés et des services rendus ; et enfin de garantir l’évolutivité par une structuration des services, une isolation des règles métiers et une isolation des accès aux données.
La réponse : des technologies open source sur le PaaS Azure. Le PaaS, rappelons-le, est un service Cloud consistant à fournir une plateforme et un environnement complets pour les développeurs. L’offreur de services PaaS se charge de la gestion d’infrastructure mais aussi de l’exécution des services applicatifs. Il a ainsi été possible de mettre en oeuvre une plateforme permettant de faire évoluer aisément les services sans limites liées aux infrastructures et aux middlewares. Cela permet de réduire considérablement les risques d’obsolescence en apportant une très grande agilité sur la production de nouveaux services métiers en continu.

Au coeur du système : des technologies de machine learning pour l’analyse des comportements et la prévision des incidents.

Et dans tous ces exemples, au final, grâce au Cloud, il y a un apport d’innovation dans les services métier via Microsoft Azure.

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *