Transformation Digitale

Technologie numérique, collaboration et partage : un pas de plus vers les communautés intelligentes

24 octobre 2017

Technologie numérique, collaboration et partage : un pas de plus vers les communautés intelligentes

Les plateformes numériques collaboratives façonnent la manière dont nous vivons et travaillons. Rencontre avec les auteurs du livre “H2H. Human Revolution”.

L’innovation numérique et les plateformes collaboratives ont permis de concevoir une nouvelle forme moderne de coopération humaine, par le biais notamment des communautés intelligentes (« smart communities »). C’est cette thèse que défend le livre H2H. Human Revolution, écrit par l’ingénieur Gianni Lodi, également directeur et cofondateur d’EI4Smart, et par l’architecte Gianluca Cristoforetti, en charge de Map of Italy, un projet d’envergure nationale de l’Istituto Nazionale di Urbanistica (Institut National d’Urbanisme). 

La technologie de plateforme

L’économie numérique est la plus grande transformation de notre époque. Selon les auteurs, elle représente un nouvel « écosystème socio-économique créé par le partage des ressources à la fois humaines et physiques, dans un contexte défini par la technologie numérique. »

Dans ce contexte, les plateformes numériques telles qu’Airbnb, Uber et Kickstarter, jouent un rôle majeur. « La plateforme, qui est accessible en ligne et par les téléphones portables, régit les interactions et les systèmes de collaboration entre les particuliers, détaille Lodi. Cela a pour effet un changement radical par lequel les relations entre personnes peuvent être transformées. »

La communauté intelligente, à l’image d’une copropriété ou d’un groupement d’achats solidaire, est non seulement capable d’utiliser une plateforme numérique dans un objectif de collaboration et de partage, mais elle peut également gérer cette plateforme de manière coopérative. Comme le constate Lodi, diverses solutions existent déjà sur le marché. Il manque toutefois « une plateforme qui soit directement mise à la disposition des utilisateurs », c’est-à-dire qui se passe d’intermédiaire comme Uber.

Les avantages de la collaboration

Pour ceux qui participent à ce nouvel écosystème collaboratif basé sur l’utilisation de la plateforme, celui-ci présente un intérêt fondamental. La crise, comme l’explique le co-auteur Cristoforetti, a forcé les gens à chercher des solutions alternatives pour résoudre leurs problèmes. Et l’une des solutions les plus efficaces s’est révélée être « le partage, que la technologie a répandu et simplifié », et qui offre des avantages très concrets.

Ne pas adopter une économie collaborative, qui représente 572 milliards d’euros en Europe, a un coût, comme le démontre un rapport de l’Union Européenne : les dépenses annuelles par habitant qui pourraient être remplacées par l’économie du partage varient de 1 100 euros pour la Bulgarie à 14 600 euros pour le Luxembourg et 7 200 euros pour l’Italie.

Quand l’invisible devient visible

Selon Lodi, « la plateforme vous permet de mesurer à la fois l’intérêt et les gains que génèrent le comportement collaboratif ». Par exemple, en disposant d’un moyen d’enregistrer et de calculer le coût des activités communes (consommation d’énergie, service de blanchisserie, entretien de la copropriété), un groupe de copropriétaires peut voir concrètement les bénéfices (coûts réduits et redistribution des profits) qu’il tire de l’économie du partage.

Mais grâce à la plateforme, même les comportements vertueux qui vont dans le sens de l’intérêt collectif peuvent être évalués et récompensés, comme l’affirme Cristoforetti : « Ce qui reste souvent invisible, c’est-à-dire le comportement vertueux d’un particulier, est maintenant visible. »

Tous droits réservés: La Stampa/Worldcrunch Par Carlo Lavalle

 

The editorial team offers you articles about Data Science, AI, IoT and many other digital topics, all made by Sopra Steria, European leader in digital transformation.
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *