Le marché des objets connectés : un succès grandissant

Véritable révolution, l’IoT envahit aujourd’hui nos espaces professionnels comme nos sphères privées. Et ce n’est pas près de changer : selon une étude menée par le cabinet américain Gartner, le marché des objets connectés devrait s’accroître de 31 % en 2017, passant de 6,4 à 8,3 milliards d’objets. 

Où se situe le marché ? Principalement en Amérique du Nord, en Europe occidentale et en Chine. Ces trois régions combinées représenteraient 67 % des parts du marché.

L’IoT chez le consommateur

À lui seul, le marché de l’Internet of Things dans le domaine du B2C devrait représenter 5,2 milliards d’objets connectés cette année pour une valeur de 725 milliards de dollars. Il pèse lourd dans la balance puisque sur la totalité des objets vendus, ceux dédiés aux consommateurs finaux représentent 63 % du marché.

Quels sont les objets connectés les plus répandus ? Principalement la domotique. Peter Middleton, le directeur de recherche du cabinet Gartner va plus loin : au-delà du système automobile connecté, les appareils que les consommateurs utiliseront le plus seront des téléviseurs connectés et des boîtiers numériques.

Si le marché B2C des objets connectés va se doter de 1,3 milliard d’unités supplémentaires, c’est en grande partie grâce à la domotique (assistants virtuels, électroménager), aux loisirs (sport, divertissement) et de façon moindre, dans le textile à l’instar de la robe connectée du groupe H&M. Ce marché en croissance suscite un vif intérêt de la part des français.

Cependant, l’étude Gartner ne s’arrête pas là : elle estime la croissance du volume des objets connectés B2C à 25% entre 2017 et 2018, et à 45% entre 2018 et 2020 pour atteindre 12 milliards d’unités. La valeur financière progressera de 26% en 2018 pour atteindre 1 494 milliards de dollars d’ici trois ans.

Bien que le marché des objets connectés en B2C soit le plus lourd en termes de volume, il ne l’est pas en valeur. Le chiffre d’affaire moyen généré par unité en 2016 était de 134 dollars contre 350 dollars en B2B. Cependant l’étude Gartner prévoit une baisse pour 2020 avec une estimation de 190 dollars par unité en B2B.

Des vêtements aux brosses à dents, en passant par bon nombre d’accessoires du quotidien, d’ici 2020 on estime que 20 milliards d’objets seront connectés dans le monde. Cette abondance pose d’autant plus la question de failles potentielles de sécurité qu’il est important d’anticiper.

L’IoT dans l’entreprise

Lors de la publication des résultats de son étude, le cabinet Gartner a voulu diviser le domaine du B2B en deux parties : les solutions inter-industries et les secteurs verticaux telle que l’industrie. Ces sous-ensembles représentent respectivement 1,5 et 1,64 milliard d’objets en 2017.

Plus discret, le marché des objets connectés pour les entreprises pesait, en 2016, 2 418 milliards d’unités pour un chiffre d’affaires de 846 milliards de dollars. En 2017, le volume devrait évoluer de 30 % et son chiffre d’affaires de 14 % pour plafonner à 964 milliards de dollars.

Le nombre d’entreprises proposant ou utilisant des objets connectés est définitivement en croissance. Au-delà de l’abondance de ces objets, le simple fait d’être connectés nécessite de faire de leur sécurisation un enjeu majeur.

Qu’en est-il des années à venir ? 2018 devrait voir apparaître 1 024 milliards de nouveaux objets dans le domaine de l’industrie et du tertiaire. Ces objets supplémentaires devraient engranger 145 milliards de dollars. Les secteurs les plus porteurs sont sans conteste l’immobilier professionnel (logistique, chaîne de travail, sécurité), l’immobilier particulier à travers la domotique et les smart cities grâce à leurs capteurs de climat, de sécurité ou de comportements.

L’inter-industrie pour sa part, va bénéficier d’une meilleure croissance que les secteurs verticaux.  Elle va voir son volume d’objets connectés monter en puissance avec 399 millions d’objets supplémentaires. Le chiffre d’affaires va naturellement suivre avec une augmentation de 68 milliards de dollars (contre 49 pour le tertiaire). Ce calcul nous démontre qu’un secteur plus pauvre peut être favori en termes de croissance.

À l’image des assistants virtuels de Google et Amazon (respectivement Google Home et Alexa), les géants du GAFA s’investissent sérieusement dans l’IoT. Depuis 2010, ces entreprises se concentrent sur l’Intelligence Artificielle afin de développer des objets connectés complets. Si selon l’étude Gartner, le nombre d’objets connectés dépassera le nombre d’humains sur terre, la croissance sera principalement dû au smart building et aux services : dans les années à venir, l’IoT sera aussi bien présent chez soi que dans son entreprise.

The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *