Retour sur notre visite du centre IBM Watson IoT

En tant que partenaires d’IBM, Sopra Steria a été invité à l’inauguration du centre Watson IoT, basé à Munich en Allemagne. Cette position géographique est capitale pour IBM, car elle leur permet d’être au centre de l’Europe et de toucher un maximum d’acteurs de l’industrie, un secteur ayant un potentiel considérable pour l’IoT. Lors de notre visite, nous avons côtoyé des partenaires et clients d’IBM comme PSA, Thales, la SNCF, Airbus, mais également des officiels du monde entier, notamment de la Chine et du Japon.

Qu’est-ce que Watson ?

Watson est l’intelligence artificielle développée par IBM. Elle permet entre autre une compréhension du langage naturel par la machine. En repérant les spécificités de son interlocuteur, elle va s’adapter pour avoir la conversation la plus pertinente possible. Ses capacités analytiques lui permettent, par exemple, de comprendre les données d’un patient (symptômes, remarques du praticien, antécédents familiaux, etc.) pour ensuite engager une discussion avec le professionnel de santé et déterminer un diagnostic puis les options de traitement. L’intelligence de Watson peut aider des secteurs comme les transports, la distribution, la météorologie, etc.

Deux jours de visite tournés vers le futur

La première journée était consacrée à des retours d’expérience de sociétés comme Daimler et Bosch sur leur utilisation des briques IBM Watson IoT pour transformer et digitaliser leurs métiers.

La Blockchain y a été abordée, que ce soit pour la sécurisation de l’origine des pièces détachées de véhicules en réparation ou la traçabilité des transactions. La multiplication des exemples d’utilisation de cette technologie prouve à quel point elle est un thème phare pour les industriels.

Autre sujet majeur, celui des jumeaux numériques (digital twin). Son concept est simple : il consiste à intégrer des données du monde réel dans des maquettes numériques, capables de reproduire le comportement réel de leur « jumeau » physique.

Ces retours d’expérience nous ont montré que les sociétés doivent gérer les données comme un asset à part entière et devenir des « Data Driven Company ». La donnée est le nouveau pétrole !

Le cognitif plutôt que l’intelligence artificielle

« L’intelligence artificielle cherche en général à reproduire, par un système de calcul le cerveau humain en imitant le raisonnement. Le cognitif, par ailleurs au cœur de l’offre IBM Watson, ne cherche pas à remplacer l’humain par une intelligence artificielle, mais plutôt à travailler de manière collaborative avec ce dernier en utilisant l’un des principes de l’IA, à savoir le Machine Learning (apprentissage). » Serge Bonnaud, Software IT Architect chez IBM Software Division.  

Watson analyse le comportement et le raisonnement humain pour ensuite prendre des décisions de manière automatique.

Au Centre Watson IoT, il suffit de lui montrer  la manière d’assembler des pièces, et Watson interprète nos mouvements pour en définir des règles et les transcrire en informations compréhensibles par un robot. Le robot va ensuite assembler les pièces comme on lui a montrer mais de façon automatique et optimisée sans que l’on ait eu besoin de le programmer dans un langage spécifique.

Des locaux futuristes au service de l’humain

La deuxième journée était consacrée à la visite des locaux du centre, qui nous a plongé dans le futur de la productivité. L’environnement de travail est adapté à l’homme, en fonction des besoins de sa journée de travail, de son environnement et non l’inverse. Des alcôves pour des réunions téléphoniques au calme, de grandes salles de réunion, des espaces de co-design… on y retrouve un environnement de travail en parfaite harmonie avec les tendances actuelles : créativité, innovation, et travail collaboratif (open innovation et co-design). Ce showroom nous fait entrevoir l’entreprise digitale de demain.

Le collaborateur aidé en permanence par l’intelligence de Watson

Dans ces locaux, le sens de la propriété n’existe pas. Les bureaux ne sont pas attitrés et chacun est nomade. Dès son arrivée au bureau, le collaborateur peut interagir avec Watson pour trouver un bureau libre, en fonction des besoins de la journée. Les espaces et leurs disponibilités sont identifiables par des lumières et des couleurs. Quand le collaborateur a choisi son bureau, la lumière passe au rouge, et redevient blanche quand il s’y est installé. La salle de réunion fonctionne de la même façon : en rouge elle est réservée, en vert libre, et blanche occupée.

La réservation des salles se fait via une application mobile, qui utilise un système optimisé, centralisé et intelligent. Pour que le centre IBM Watson soit le plus interactif possible, des milliers de capteurs sont disposés à travers le bâtiment, pour qu’il puisse analyser les mouvements et interactions, afin d’activer les scénarios en temps réel.

Le contrôle vocal est également présent. Nous avons assisté à une réunion dans laquelle le présentateur a demandé à Watson de lancer sa présentation. Le slideshow travaillé spécifiquement pour cette réunion s’est alors lancé. L’intégration de la reconnaissance vocale dans Watson montre à quel point cette technologie est en train de s’imposer, comme nous l’avions détecté dans les tendances fortes du CES 2017, notamment avec l’omniprésence d’Alexa.

Au Centre Watson IoT : à chaque étage sa spécificité

Certains étages sont dédiés à différentes phases de développement d’un projet : génération d’idées, environnement de créativité, de co-design, de discussion, d’échange, puis un mini fab lab intégré avec des IBMers dans lequel on retrouve des capteurs et des objets permettant de modéliser et concevoir.

Les partenaires d’IBM peuvent utiliser ce bâtiment et être soutenus par des chercheurs de la firme pour que leurs idées se concrétisent plus rapidement.

D’autres étages sont consacrés à la prospective. On y trouve des POC (Proof Of Concept) et des démonstrateurs, sur des thématiques industrielles comme les voitures autonomes ou la santé connectée. Des casques de réalité augmentée et virtuelle font partie des outils utilisés dans ces sections. L’aspect cognitif est ici encore très présent, notamment dans les processus de prise de décisions par les machines.

À travers ce bâtiment, IBM montre ce qu’il est possible de faire, non seulement grâce à Watson, mais aussi grâce à l’espace en lui-même. C’est un symbole de la transformation d’IBM et de sa capacité à s’adapter aux évolutions des industries et des besoins de ses clients.

Aujourd’hui la technologie et le digital sont très centrés sur l’utilisateur, on part de l’UX et de l’utilisateur avant tout. Dans le cadre du travail, la tendance est la même avec un espace de plus en plus pensé pour les collaborateurs et leurs besoins. Ce bâtiment est un exemple très abouti de cette tendance et IBM en a fait un laboratoire du travail de demain.

Cependant une question majeure a été posée par les clients et partenaires lors de cette visite : comment créer et quantifier la valeur générée par des outils du digital ? Il reste un besoin d’indicateurs concrets permettant de dire si l’intégration de ces technologies a entraîné une hausse de la productivité, un gain de temps, des économies d’énergie, etc.

L’aspect cognitif des projets IoT est encore dans une phase expérimentale, mais le potentiel dans un contexte industriel est très grand. Il reste néanmoins à trouver des indicateurs concrets pour que son application se démocratise dans les années à venir.

The following two tabs change content below.

Florent Brodziak

Latest posts by Florent Brodziak (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *