RPA

L’automatisation robotique des processus ou RPA : une solution de fortune ?

Imaginez que vous vous appuyez uniquement sûr des composants de pointe haut de gamme. Ils n’ont pas été conçus pour être utilisés ensemble, et pourtant, c’est ce dont vous avez besoin. Vous pouvez les repenser de A à Z et les intégrer minutieusement grâce aux API, ou les assembler à l’aide de trombones et d’élastiques, les souder ensemble, puis fixer le tout avec du ruban adhésif.

C’est là que la RPA entre en jeu. Mais peut-elle vraiment vous aider ?

La RPA ou Robotic Process Automation est un logiciel permettant de simuler l’utilisation d’une ou de plusieurs applications logicielles par un être humain, en effectuant des tâches selon un processus prédéfini. Cette opération a pour but d’exploiter l’interface utilisateur des programmes pour intégrer ces derniers ensemble ou d’automatiser facilement la saisie de données et le fonctionnement logiciel. Comme une personne qui chercherait une valeur dans un programme afin de la copier/coller dans un autre programme, puis qui appuierait sur « Entrée ».

Et ça marche remarquablement bien, dans la plupart des cas ! De nombreuses situations dans lesquelles vous pourriez intégrer rapidement des systèmes et automatiser à bas coût vous viennent probablement à l’esprit. Les solutions RPA sont souvent présentées comme des systèmes ne nécessitant pas de savoir coder. Pour cette raison, elles sont plébiscitées par les spécialistes des processus, permettant ainsi aux consultants opérationnels d’intégrer des systèmes en ne connaissant pas ou peu les rouages des interfaces utilisateur impliquées.

Mais. Parce qu’il y a un « mais » et de taille… Comme les solutions RPA reposent sur des captures d’écran permettant de visualiser le processus à automatiser, vous êtes rapidement confronté à un certain nombre de défis. Ceux qui ont déjà travaillé avec la RPA ont dû rencontrer une ou deux difficultés, voire des obstacles, en voyant qu’un écran donné n’était pas enregistré ou automatisé conformément à ce qui était prévu. S’il existe des logiciels RPA qui ne fonctionnent pas avec des captures, ces derniers restent néanmoins dépendants des interfaces utilisateur et se heurtent ainsi aux mêmes problèmes.

Imaginons que vous surmontez toutes ces complications et que vous parvenez à créer une séquence d’actions optimale impliquant plusieurs applications. Vous réussissez à régler les problèmes de sécurité les plus évidents et à éviter les pièges liés aux licences. Puis l’un des systèmes cible est mis à niveau ; un nouvel écran est ajouté ou le nom d’un écran est modifié. Tout à coup, votre séquence se brise. Et le problème se répète. Encore et encore. Et vous ajoutez de nouveaux élastiques et de nouvelles couches de ruban adhésif.

C’est là le véritable défi des applications RPA

On a tendance à les considérer comme la panacée, alors qu’elles se rapprochent plus de solutions de fortune…

Existe-t-il alors une solution ? Oui, évidemment. Elle requiert juste un peu plus de compétences et de qualifications qu’on n’aurait pu le croire a priori. Outre les processus et la RPA, il suffit de connaître les systèmes à intégrer. 

Pourquoi ?

Les interfaces utilisateur actuelles sont logiques et intuitives. Chaque écran ne contient que ce dont vous avez besoin, et apparait au moment opportun, en fonction des choix effectués aux étapes précédentes. Une possibilité consisterait à rassembler toutes les options et tous les champs sur un seul écran, tellement grand et tellement compliqué qu’aucun être humain ne pourrait l’utiliser. 

Mais… La RPA n’est pas un être humain ! C’est un robot simulant un être humain, et ici, le modèle simulé est largement dépassé. De fait, le robot ne se soucie pas de la présentation ou du nombre de champs présents sur une page. La présentation de votre écran pourrait être dantesque, le robot se sentirait comme un poisson dans l’eau ! Ainsi, en modifiant légèrement les systèmes cibles à l’aide d’écrans spécifiques et d’un peu de logique, vous pourriez converger vers le socle du logiciel RPA et atteindre vos objectifs. Il s’agit probablement de la solution la plus rapide. Certes, elle peut être considérée comme temporaire, mais elle est plus fiable et plus solide. Elle pourrait d’ailleurs mieux supporter les mises à niveau.

Les grands vainqueurs de la RPA seront ceux qui parviendront à concevoir des processus efficaces, tout en prenant en charge les compétences croisées de la RPA et des systèmes cible.

Évidemment, c’est amusant de bricoler des choses pour trouver des solutions, mais mieux vaut le faire chez vous. Laissez la RPA compter vos heures ou consigner vos frais de déplacement et une fois au travail, assurez-vous d’avoir assez de connaissances techniques pour bâtir quelque chose qui dure.

Une réflexion sur “L’automatisation robotique des processus ou RPA : une solution de fortune ?

  1. Bonjour,
    L’un des risques majeur de certains outils de RPA réside dans les technologies retenues (dont l’OCR) qui favorise le “polling” à grande échelle et les risque liée au positionnement à l’écran ainsi que la dégradation de la performance.
    Patrick Lemare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *