Cybersécurité

Tests mobiles : Une expertise spécifique à part entière

30 juillet 2015

Tests mobiles : Une expertise spécifique à part entière

Pour rester compétitives dans un monde de plus en plus connecté, les sociétés doivent fournir des applications mobiles adaptées avant la concurrence. La mobilité constitue alors un champ à part dans l’univers du test applicatif : elle nécessite de plus en plus une expertise spécifique afin de garantir la qualité nécessaire.

La mobilité est un univers mouvant et évolutif, avec une obsolescence très rapide et un nombre d’applications mises sur le marché chaque mois plus élevé. La notion de mobilité elle-même s’élargit, avec les smartphones bien sûr mais aussi les tablettes, les « phablets » et autres objets connectés… Dès lors, qu’elles soient développées de façon générique ou en natif, les applications mobiles ont des particularités telles que leurs tests avant mise en ligne ne peuvent pas entrer dans le cadre des protocoles habituels appliqués pour les ERP, les sites web ou la plupart des applications métiers…
Si le domaine des tests applicatifs est de façon générale bien maitrisé, il y a des spécificités liées à la mobilité. Et ce dans un contexte de forte croissance puisque déjà plus de 20% d’applications relèvent de la mobilité.

Des contraintes de tests spécifiques

Le marché
Le Time to Market génère une contrainte de délais propre aux tests mobiles. Les opérateurs, les éditeurs de contenus ou les fournisseurs d’applications doivent être réactifs sur un marché fortement concurrentiel, marqué par l’innovation technologique et marketing. Les campagnes de tests sont souvent rapides pour des tests qui eux-mêmes changent fréquemment du fait du renouvellement applicatif et matériel permanent. Il est nécessaire de réaliser en peu de temps un grand nombre de tests à chaque livraison du logiciel ou d’une nouvelle plateforme, sur un périmètre technique de plus en plus large.

Le Time To Market et le turnover permanent du matériel rendent indispensable l’automatisation des tests.

L’environnement applicatif
En mode « bureau » cohabitent majoritairement Windows et MacOS, et les ERP ou les progiciels industriels (par exemple) sont généralement mono-systèmes. Ce n’est pas le cas en mobilité : outre Android de Google et iOS d’Apple (et leurs différentes versions), il faut compter avec Windows Phone 8 ou l’OS de Blackberry, et d’autres plus exotiques ou plus pointus, Open Source ou compatibles Android mais qui compliquent la donne.

La multiplicité des plateformes mobiles multiplie le nombre de tests.

Le facteur technologique
Les batteries de tests à appliquer concernent les applications mais pas seulement : il faut par exemple tester la vitesse de transfert des données, simuler le fonctionnement des différentes bornes radio, les perturbations du réseau ou encore l’interaction avec un SI… et ce de bout en bout. Tous ces points peuvent avoir un impact sur la solidité ou la fiabilité de l’application embarquée.
La technologie nécessite des compétences spécifiques.

Tester en situation réelle

Dans ce contexte, la variété des tests qui sont demandés est grande : respect de la charte graphique, évolution de l’affichage, absence de bugs, sans oublier les performances, l’environnement, le système… Les tests peuvent aussi bien être purement techniques et quantitatifs, que qualitatifs. Avec des délais pouvant aller de trois semaines à… 24 h !

Pour répondre à ces exigences, la solution consiste à mobiliser des compétences précises, notamment dans la gestion des jeux de données ou la simulation, avec des ingénieurs spécialistes du test. Sur le plan technique, les tests doivent être pratiqués en simulant des conditions réelles d’utilisation et de réseau, avec l’introduction de perturbations pour mesurer l’impact par exemple, sur des terminaux mobiles connectés 24h/24 7j/7.

Bien qu’indispensable, l’automatisation, courante dans le domaine des tests d’applications « classiques », est ici plus complexe à mettre en œuvre et plus limitée :
nous appliquons des bibliothèques de protocoles qui nous permettent tout de même d’atteindre 60 % d’automatisation explique André Tissot. Cela permet une couverture de tests élargie sans augmentation de l’effort des équipes de tests.

Bugs ou écarts par rapport au cahier des charges du client : les campagnes donnent lieu à des rapports où sont répertoriées et documentées les erreurs détectées. Dans tous les cas,  les tests mobiles sont indispensables et nécessitent une expertise unique. Pour être efficaces, ils doivent mobiliser des spécialistes du test, et justifient de plus en plus leur externalisation auprès de professionnels proposant une offre de service clé en main
conclut Stéphane Bouvet.

Solutions :
La Solution Tests Mobiles de Sopra Steria
Les tests mobiles exigent une expertise spécifique et une forte réactivité pour respecter le « Time To Market ». L’offre de service clé en main Sopra Steria permet de répondre rapidement aux demandes et couvre toute la palette des tests techniques, qualitatifs et métiers.

Au sein du Centre de Spécialité de Tests Sopra Steria (plus de 150 personnes ) doté d’une plateforme de services technique, informatique et télécoms, une équipe de 20 personnes est spécialisée en mobilité (ingénieurs réseau et télécoms, équipe multimédia pour les box, la TV/Vidéo, les jeux, la domotique…).

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *