Smart cities

Un tour des grandes villes du monde en 2030

1 mars 2016

author:

Un tour des grandes villes du monde en 2030

Droits réservés – The Washington Post / Worldcrunch – 19 janvier 2016 – Dominic Basulto 

Deux phénomènes majeurs vont bientôt entrer en collision : l’urbanisation fulgurante de la population mondiale et son vieillissement. D’ici 2030, plus d’un milliard de personnes (soit un individu sur huit) seront âgées de 65 ans ou plus, et d’ici 2050, près de deux tiers de la population mondiale vivront en milieu urbain. Selon un nouveau rapport du McGraw Hill Financial Global Institute, il devient nécessaire de se pencher d’urgence sur la création de « villes amies des aînés ».

Mais créer une « ville amie des aînés » pourrait s’avérer plus compliqué qu’il n’y paraît. New York, Washington, Los Angeles… Nous avons toujours tendance à penser aux grandes villes en termes de terrains de jeux de prédilection d’une population jeune et ambitieuse, où, dès le diplôme en poche, on peut se faire un nom dans les affaires ou le show-business ; l’endroit idéal pour travailler dans une start-up innovante ou côtoyer les hipsters et leurs dernières trouvailles. Avec l’âge, il est courant que cette même population délaisse par la suite la ville pour s’installer en banlieue, ce qui explique pourquoi nous avons tant de mal à imaginer de grandes villes aux tempes argentées.

S’adapter aux défis d’une population urbaine vieillissante implique dès lors un profond changement de mentalité de la part des décideurs politiques et autres pionniers en matière d’innovation : il s’agit de mieux appréhender la composition réelle de la population urbaine pour mieux en comprendre les besoins. Le rapport du McGraw Hill Financial Global Institute préconise, par exemple, de développer des solutions pour les citoyens de plus de 55 ans qui souhaiteraient monter leur start-up. À l’avenir, les entreprises générant des milliards de dollars, à New York ou San Francisco, ne seront plus la chasse gardée de gamins fraîchement sortis de l’université — mais peut-être aussi celle des grands-pères et grands-mères !

La bonne nouvelle, c’est que le McGraw Hill Financial Global Institute (MHFI), en partenariat avec le Global Coalition on Aging, a identifié quatre grands principes qui pourront servir à guider le développement de la ville du futur.

Tout d’abord, cette dernière devra comporter des infrastructures et des réseaux de transport qui répondront aux besoins des citoyens de toutes les générations. Deuxièmement, chaque ville devra réfléchir à de nouvelles options en matière de logement, afin de permettre aux citoyens les plus âgés de « vieillir à domicile ». Troisièmement, la ville du futur devra faciliter l’accès à des programmes de santé communautaires incluant les dernières technologies médicales pour les seniors. Il faudra en dernier lieu permettre à toute personne, qu’importe son âge, de continuer à travailler, à s’éduquer et à se divertir.

Le rapport met en lumière les innovations développées par deux villes américaines, New York et Sausalito en Californie. À New York par exemple, certains passages piétons au niveau d’intersections très fréquentées ont été repensés afin d’améliorer la sécurité des personnes âgées. La ville a également créé un programme pédagogique en ligne (“Age-Friendly NYC College Link”) pour les seniors. Sausalito a été saluée pour son initiative intitulée « Call a Ride Sausalito Seniors », qui propose un système de transport gratuit pour les citoyens de plus de 60 ans.

Cela étant, les États-Unis ne sont pas forcément les plus dynamiques dans ce domaine. L’Europe et l’Asie ont en effet déjà pris toute la mesure du phénomène de vieillissement de la population. Selon un sondage commandé par le MHFI sur les attitudes et les préoccupations des citoyens en matière d’urbanisation et de vieillissement, 94% de la population en Chine et 89% des Brésiliens déclarent être au courant de la mutation démographique en cours. En comparaison, seuls 49% des Américains ont répondu de même.

Cette prise de conscience quant au vieillissement de la population urbaine a déjà mené à de belles innovations. Par exemple, à Akita, au Japon, l’installation en 2012 de trottoirs auto-chauffants pour faire fondre la neige, ainsi que et de plusieurs chaussées piétonnes praticables par tous les temps, a permis de prévenir chutes et blessures pour nombre de seniors. En Italie, la ville de Bolzano a collaboré avec IBM sur un programme intitulé « Vivre sans danger », qui recueille les données de divers capteurs. Celles-ci contribueront au développement de stratégies visant à garantir aux seniors une sécurité maximale tout en conservant leur indépendance — une sorte de « Big Data » pour personnes âgées.

Pour accueillir prochainement cette génération urbaine vieillissante, il est nécessaire que secteurs publics et privés travaillent ensemble pour proposer des solutions innovantes et créer des politiques favorables aux aînés. La bonne nouvelle, c’est que les premières bases ont été jetées. En plus du rapport du MHFI, de nombreuses bonnes idées éclosent peu à peu pour imaginer la ville du futur.

Au courant de l’année, l’Organisation mondiale de la santé continuera à plancher sur son plan d’action « Vieillir en bonne santé – 2020-2030 » qui devrait être adopté par l’Assemblée mondiale de la santé en mai 2016. Le vieillissement sera également à l’ordre du jour du Forum économique mondial 2016, où l’accent sera mis sur la façon dont le vieillissement, s’il est sain, peut même favoriser la croissance économique des pays émergents et développés.

On peut donc attendre des villes du futur qu’elles comportent de nouveaux réseaux de transport qui emmènent les citoyens âgés où ils le souhaitent (beaucoup d’entre eux ne pouvant plus conduire), de nouvelles communautés résidentielles où les seniors pourront « vieillir à domicile » confortablement avec l’appui des nouvelles technologies, de nouveaux programmes médicaux adaptés aux besoins des seniors, ainsi que de nouvelles activités professionnelles et de loisirs, plus seulement destinées aux jeunes hipsters urbains.

Ce qui veut dire que de prime abord, la ville du futur ne sera pas nécessairement si futuriste que cela. Vers la fin de son rapport, le McGraw Hill Financial Global Institute mentionne quelques bons élèves émergents, à même de devenir des « villes amies des aînés » : Newcastle en Angleterre, Canberra en Australie, le Pays Basque espagnol et La Plata en Argentine. Ces zones urbaines rejoignent Séoul, New York et Hong Kong au rang des métropoles prêtes à offrir un avenir doré à leurs têtes grisonnantes.

Dominic Basulto est un bloggueur et futurologue basé à New York.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *