Mobilité Salon du Bourget Smart cities

Urban Air Mobility : l’avenir de la mobilité se joue-t-il dans les airs ?

12 mars 2019

Urban Air Mobility : l’avenir de la mobilité se joue-t-il dans les airs ?

Si le rêve de la voiture volante a bien souvent été réservé à la science-fiction, un avenir très concret et réel se dessine petit à petit pour la mobilité urbaine aérienne. Comment faire de l’Urban Air Mobility (UAM) une solution durable pour demain ? Où en sont nos métropoles ? Éclairage.  

Avec une croissance démographique et économique exponentielle, les grandes métropoles européennes font face à de nombreux défis. En matière de transports, la congestion et la pollution qu’elles génèrent les obligent en effet aujourd’hui à imaginer dès maintenant des solutions de mobilité plus durables. Après le bus, le vélo, le tramway, les trottinettes, les téléphériques… place maintenant au transport aérien urbain ?

C’est ce qu’entend défendre l’initiative “UAM” du Partenariat Européen d’Innovation sur les Villes et Communautés Intelligentes (EIP-SCC), qui vise à rassembler villes, citoyens, entreprises, acteurs de la recherche et autres parties prenantes, afin d’accélérer les études pratiques pour la mise en œuvre dès 2019 de premières expérimentations.

Coordonnée au niveau Européen par Airbus, l’initiative “UAM” repose avant tout sur une approche centrée sur la ville, avec un ensemble diversifié de projets de démonstration à venir au sein de villes et régions. L’objectif : développer par le biais d’une démarche collaborative entre les divers acteurs du territoire, des solutions concrètes de mobilité urbaine aérienne (mobilité intra et interurbaine), ayant un impact réel en termes de problématiques territoriales. 

La Ville Rose en pionnière de la mobilité aérienne 

Toulouse Métropole, capitale de l’Aéronautique et du Spatial, dispose déjà d’un écosystème très riche en matière de mobilité du futur. Elle s’inscrit véritablement comme l’un des territoires pionniers en Europe sur le développement de la troisième dimension de la mobilité urbaine. Fortement impliquée dans l’initiative “UAM”, elle a établi en collaboration avec un ensemble de partenaires une première feuille de route d’expérimentations, qui laisse imaginer l’étendue des applications à venir :

  • Le “remote sensing” : l’utilisation de drones pour des applications environnementales ou des services urbains (traffic management, qualité de l’air, monitoring des infrastructures …), pour répondre à des besoins de supervision,

  • Le transport de matériel pour les services d’urgence et d’intervention rapide (en matière sanitaire, médicale, sécurité),

  • La logistique urbaine : pour expérimenter la prise en charge de produits et services spécifiques pour lesquels la technologie drones pourrait compléter la chaîne de valeur déjà existante sur le premier / dernier kilomètre.

D’ici 2025-2030, nous pourrons également voir débarquer au-dessus des embouteillages de véritables taxi volants. À titre d’exemple, on peut notamment citer l’entreprise toulousaine EVA, qui prévoit de commercialiser d’ici quelques années un véhicule électrique et autonome capable de décoller et d’atterrir sur une place de parking.

Et une myriade d’autres projets fleurissent parmi lesquels VahanaCityAirbus ou encore le projet Pop.Up Next développé depuis 2017 par le géant de l’aéronautique Airbus, le constructeur automobile Audi et Italdesign, une filiale du groupe Volkswagen. 

Résoudre le défi de l’acceptabilité sociale

 Sommes-nous prêts à accepter de recevoir des colis livrés par drones ou à nous-même être transportés par un drone d’un bout à l’autre ? Et serions-nous d’accord pour être survolés quotidiennement par des dizaines voire des centaines de drones ? Un des enjeux majeurs du développement de ce nouveau marché repose avant tout sur l’acceptabilité des citoyens. Plutôt que de centrer les questions sur la technologie et les drones, il faudra raisonner à partir des besoins des citoyens et des services potentiels que nous pourrons mettre à leur disposition.  

Les industriels doivent ainsi nouer des liens forts avec les collectivités qui vont avoir un rôle clé à jouer en matière de communication et d’accompagnement du changement. Pour parvenir à émerger, l’UAM doit en effet assurer sa promesse d’un transport durable, sûr et sécurisé. Il doit pouvoir prouver au citoyen qu’il ne représente non pas une nuisance mais un moyen de fluidifier la mobilité et d’améliorer ainsi le quotidien de tous. L’ensemble des grandes métropoles européennes vont ainsi représenter un levier incontournable dans le développement de ces solutions, avec le devoir d’impliquer l’humain au centre de leurs décisions.

Le Digital U-space au coeur de l’initiative  

La question de la sécurité et de la fluidité du trafic aérien relève de l’Air Traffic Management (ATM) avec, en France, une régulation gérée par la direction générale de l’Aviation civile (DGAC). En ce qui concerne la mobilité aérienne urbaine, on parle en Europe de Digital U-space pour définir l’ensemble des infrastructures qui vont permettent de manager le transport de drones.

On peut imaginer que le Digital U-space va être un système fortement automatisé. Les drones vont en effet représenter un trafic très fragmenté et à très grande échelle, impossible donc à gérer sans automatisation. Des technologies avancées comme celles de l’intelligence artificielle notamment, vont ainsi permettre de gérer différentes contraintes au niveau densité, détection et résolution de conflit, compréhension du plan de vol, etc.  

De très grands volumes de données vont être échangés ce qui pose dès aujourd’hui la question d’une gouvernance collaborative et d’une collaboration accrue entre tous les acteurs impliqués. La réussite de l’émergence d’une mobilité aérienne urbaine durable passera alors par l’engagement des Métropoles et des territoires pour garantir le respect des règles de sécurité et offrir de nouvelles possibilités de mobilité qui amélioreront notre cadre de vie.

Retrouvez-nous au salon du Bourget 2019

David Elmalem, Air Traffic Management Digital Leader, Project Manager. Sébastien Lautier, U-space Project Manager
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *